Myriam Kessiby

— Mon profil

Bonjour!
Je suis Myriam Kessiby, animatrice, chroniqueuse, et journaliste.  Ancienne de Radio-Canada Ottawa-Gatineau, de CIBL et de CIME (Rythme FM des Laurentides), je souhaite aujourd’hui mettre mon énergie communicative au service de Radio-Canada Première! Je considère être une collaboratrice tout indiquée pour le nouveau projet sur notre relation à l’argent avec Stéphan Bureau. Pour en savoir plus sur mon parcours professionnel, je vous invite à jeter un coup d’oeil à mon CV (mes coordonnées y sont indiquées).

Pour avoir une meilleure idée de ce que j’ai à offrir, voici deux exemples de chroniques qui ont été présentées sur les ondes de CIBL. Ce sont des billets d’opinion sur l’actualité, où mes réflexions sont en lien avec des recherches scientifiques et comportementales.


Ça vous a plu? D’autres capsules radio peuvent être écoutées ici. Et pour quelques extraits audio divers (animation, narration, etc.) consultez ma page Soundcloud. Pour tout le reste, il y a mon site web!

— Démo

Voici une courte démo pour vous donner une idée des possibilités. Elle présente des exemples d’idées pour lancer les discussions sur une thématique. Évidemment, plusieurs autres options et adaptations sont possibles selon la couleur qu’on souhaite donner à l’émission et selon les interactions avec les différents collaborateurs. Vous pouvez l’écouter ou la télécharger ici.

— Les thématiques

Un projet radio sur notre rapport à l’argent ouvre la porte à plusieurs possibilités de thématiques plus intéressantes les unes que les autres ! Voici, en vrac, quelques idées et angles de discussions qui pourraient être abordés :

Les salaires
Pourquoi est-ce si tabou de parler de son salaire ? Devrait-on les divulguer ou pas ? Craint-on les comparaisons et les frustrations ? Pourquoi peut-il y avoir de grands écarts de salaires pour le même travail ? Par exemple, un avocat payé 500 $ l’heure est-il nécessairement meilleur qu’un autre payé 100 $ l’heure ? Pourquoi est-ce si difficile de demander une augmentation ? Selon une étude de Purdue University, notre niveau de bien-être aurait tendance à augmenter proportionnellement à notre salaire jusqu’à un revenu de 75 000 $. Dans ce contexte, est-il pertinent de vouloir gagner davantage ?

• Le bonheur et l’argent
Rechercher notre valeur personnelle dans l’argent nous rendrait plus vulnérables au stress et à l’anxiété. Alors, l’argent peut-il faire le bonheur ? Une étude de l’Université de la Colombie-Britannique souligne que l’argent peut nous rendre heureux, à condition de le dépenser pour faire plaisir aux autres ou pour se payer de belles expériences (comme un voyage) au lieu de s’acheter des biens matériels.

L’immobilier
Choisir une maison, est-ce une question de budget, d’investissement ou de statut social ? Devenir propriétaire, est-ce encore une priorité pour la majorité ? Pourquoi y a-t-il un si grand attrait pour les flips immobiliers ?

• Les enfants
Dans un sondage du New York Times paru en 2018, parmi les raisons qui poussent les Américains à avoir moins d’enfants que leur idéal, 64 % ont indiqué que c’était parce que c’était trop dispendieux. En effet, selon une étude de MoneySense, élever un enfant jusqu’à ses 18 ans coûterait environ 254 000 $. Et ça, c’est sans compter les frais qui s’ajoutent si on payé pour une adoption internationale ou si on a eu recours à la procréation assistée. Un enfant, ça n’a pas de prix, mais est-ce que tout le monde peut s’en « payer » ? Comment perçoit-on les gens aisés qui décident de ne pas avoir d’enfants, et les gens plus pauvres qui ont une grande progéniture ?

L’argent virtuel
Certaines personnes sont devenues riches du jour au lendemain avec l’argent virtuel, alors que d’autres ont tout perdu. Les cryptomonnaies permettent d’agir comme sa propre banque et de véritablement contrôler ses avoirs. Par contre, elles demandent plus de vigilance, de prévoyance, et un plus grand sens des responsabilités. Les adeptes d’argent virtuel sont-ils attirés par l’appât du gain, par le besoin de contrôle ou par le goût du risque ?

• L’argent illicite et la morale
Drogue, sexe, marché noir, corruption, paradis fiscaux ; peut-on devenir très riche sans activités illicites ? Tout cet argent sale serait-il à la base de notre mauvaise perception des plus fortunés, surtout lorsqu’on sait que les gens « gentils » ont tendance à être désavantagés financièrement ? Doit-on faire un choix entre être gentil et être riche ? L’argent peut-il nuire à nos bonnes intentions ? Face à l’appât du gain, sommes-nous tous corruptibles ?

Le revenu universel
Un montant d’argent pour tous serait-il bénéfique ? Si nous avions tous accès à un montant d’argent pour couvrir nos besoins de base sans aucun prérequis, qui continuerait à aller travailler ? D’où proviendrait l’argent ? Un système de redistribution universel de la richesse où il y a des contributeurs et des bénéficiaires serait-il juste et viable ? Par exemple, la nation Cherokee aux États-Unis remet à ses membres un montant d’argent sans condition (environ 12 000 $ annuellement) provenant des revenus des casinos. Est-ce que ça fonctionne ?

Plusieurs autres sujets sont possibles, comme notre relation face à la philanthropie, à l’argent facile (les gains à la loterie), aux dettes, aux finances dans le couple, à l’impôt, aux femmes et l’argent, etc. De quoi s’amuser pendant plusieurs semaines!

Voilà! En espérant rencontrer bientôt, merci!
myriam@myriamkessiby.com